514 874-1214 [email protected]

Le karaté-do

Le karaté-do est né d’une recherche-action proposée par un enseignant en service social de l’UQÀM sur la pratique d’une activité physique en s’initiant à la pratique d’un art martial traditionnel. Cette recherche « Art martial et travail social de groupe auprès d’adultes marginalisés» fut présentée à Paris en avril 2013 dans le cadre du Colloque Fonds international pour la préservation des arts martiaux (FIPAM). L’objectif principal vise à améliorer la confiance et l’estime de soi auprès d’adultes qui peuvent être stigmatisés et exclus parce qu’ils présentent une problématique de santé mentale.

 Karate-tapis

En plus de la mise en forme physique et l’apprentissage des techniques de karaté-do qui sont une prise de corps, nous proposons une prise d’écriture, par le biais d’un journal dialogique amenant la personne à faire une réflexion sur ce qu’elle vient de vivre à l’intérieur de l’atelier et de le relier à son vécu quotidien, puis s’engage une prise de parole dans une discussion avec les autres participants. Cette activité clinique mise sur l’aide mutuelle, l’écoute, le respect, le partage et le non-jugement, créant un sentiment d’appartenance, d’acceptation et d’intégration.

Il en ressort, pour les personnes qui sont engagées, tant demandeurs qu’intervenants, que toutes ont vécu un grand sentiment de fierté et de persévérance dans cet accomplissement, de même qu’une précieuse complicité à l’intérieur du groupe. Elles ont ressenti une meilleure maîtrise d’elles-mêmes, une amélioration de la concentration et de la mémoire, une meilleure coordination motrice, des effets sur le tonus musculaire, de la relaxation, du mieux-être, une canalisation de l’agressivité, une capacité de recherche de solutions aux conflits et difficultés, de l’authenticité, une sensibilité aux autres, une autodiscipline, mais surtout du plaisir.

« Je me sens avancer, défoncer le mur de la peur, de la gêne et de l’incompétence. Je me sens en puissance et moins fragile. Je me sens être moi-même et prendre le pouvoir sur ma timidité et me donner une place dans le social et dans les zones moins connues. Je me laisse enfin vivre! » Marie-Ange

 

Karate-diplome